Les hackers s’en prennent de plus en plus aux smartphones et tablettes

smartphones et tablettes

Les smartphones et tablettes gagnent toujours plus en popularité, et nous considérons plus souvent nos tablettes comme une alternative à notre notebook. Que les hackers répandent toujours plus leurs malwares via ces mêmes tablettes et smartphones, ce n’est pas vraiment une surprise. En 2012, les malwares pour les appareils mobiles ont augmenté de 58 pourcent par rapport à 2011. Environ un tiers de ces mauvais logiciels sont conçus pour voler vos adresses email et numéros de téléphone.

Android est la principale victime

android malwareLes données concernant les malwares sur les appareils mobiles proviennent de la société de protection internet Symnatec. Il s’agit ici seulement des malwares que cette entreprise détecte, ou ceux qui lui sont signalés. Environ 100.000 applications seraient contaminées dans le monde. Android est la principale victime, la majorité des attaques étant dirigées contre des appareils Android. Sur la plateforme iOs d’Apple, il y a aussi une augmentation du nombre d’attaques de malwares, mais l’augmentation est plus faible que pour Android. Ceci est dû au fait que la plateforme iOs est très fermée, alors que celle d’Android est très ouverte. Les applications contaminées rassemblent des données comme les adresses email et numéros de téléphone, mais elles peuvent également dans certains cas envoyer les données d’applications d’Internet Banking.

Un exemple d’une application malware est l’app ‘Sumzand’. Cette application transformerait votre écran en panneau solaire, qui cette manière chargerait votre smartphone, sans que celui-ci ne soit branché à une prise de courant. L’idée est belle, mais ce n’est techniquement pas possible. Ceux qui ont installé l’application sont bien victimes d’une attaque malware, car l’application transfère des données personnelles.

Les petites sociétés aussi sont souvent victimes des cybercriminels

Les cybercriminels ne ciblent pas seulement les smartphones et les tablettes, mais les petites entreprises sont aussi souvent victimes de cyberattaques ciblées. Le nombre d’attaques ciblées a augmenté de 41 pourcent en 2012, et 31 pourcent de ces attaques étaient dirigées contre des entreprises de moins de 250 salariés. Les cybercriminels préfèrent ces petites entreprises, car elles investissent généralement moins sur la protection internet, et constituent donc des victimes plus faciles. En lançant une telle attaque, les criminels sont souvent à la recherche de propriétés intellectuelles, d’informations bancaires ou de données des clients.

Leave A Comment




    Leave a Reply

    Your email address will not be published. Required fields are marked *