Native advertising : les messages publicitaires en mode infiltrés !

Native advertising

En tant qu’annonceur, vous espérez plus que tout convaincre votre public cible des atouts de votre produit ou de votre service. La clé est d’utiliser des messages publicitaires ciblés. Le marketing en ligne vous garantit d’ailleurs d’excellents résultats. Mais que faire si votre audience y est hermétique, voire même si elle utilise une extension AdBlocker sur internet ? Vous devez sortir des sentiers battus et opter pour une communication plus subtile.

À l’heure actuelle, de nombreux annonceurs ne jurent que par le native advertising : sous ses airs Bon Chic Bon Genre, cette technique consiste à glisser un message publicitaire sur un support qui ne ressemble pas de prime abord à de la publicité et de créer un ensemble cohérent avec le reste du contenu. Il faut toutefois prendre connaissance de ce que le native advertising implique. Comment trouver le juste milieu entre l’information et le leurre ? Nous décortiquons le sujet dans cet article.

Adblockers : le cauchemar des annonceurs en ligne

Depuis quelques années déjà, la vue ou l’évocation du mot Adblockers hérissent le poil des annonceurs en ligne et des groupes médias. Comme son nom le laisse clairement présager, l’extension bloque les publicités et empêche donc les campagnes en ligne d’atteindre leur objectif. Par conséquence, la réputation des groupes de média est fortement remise en question.

Certaines personnes dans le secteur ont même frappé du poing sur la table. Le CEO de Persgroep, Christian Van Thillo, a déclaré la guerre à l’entreprise derrière les AdBlockers. Dans une interview avec DeTijd, ils les accusent d’extorsion et les a assigné en justice.

Un phénomène voué au succès …

La solution qu’apporte le native advertising à ce problème semble absolument géniale. Le message publicitaire est intégré dans le contenu de certains sites Web avec l’accord de l’auteur ou de l’éditeur. Dans le cas du native advertising, l’article et l’annonce ne font plus qu’un. Comment procéder à cette collaboration sur un autre support ? Prenez l’exemple d’un blog qui présente des recettes et une marque de beurre de cuisson citée dans la liste des ingrédients. Ou imaginez encore un tutoriel de maquillage de soirée où la marque du rouge à lèvres utilisé est clairement visible.

Dans le cas du native advertising, l’article et l’annonce ne font plus qu’un.

Click to tweet!

… qui n’est pas tout récent

Pourtant, le native advertising ne date pas d’hier. Notamment dans les magazines et journaux, elle prenait déjà la forme de publireportages ou advertorials. Même à la télévision, vous pouvez apercevoir des traces de le native advertising. Il s’agit alors d’émissions entièrement sponsorisées ou de placements ce produit. Sur la toile, les options sont en outre multipliées. Vous pouvez choisir du contenu sponsorisé sur des sites de journaux et de groupes médias très répandus, mais aussi sur des blogs de particuliers touchant un public plus ciblé.

Le native advertising n’a pas échappé à Google

Grâce à sa filiale DoubleClick, Google souhaite rendre le native advertising plus abordable et plus efficace. Le DoubeClick Bid Manager (DBM) permet aux annonceurs d’acheter des annonces de style native pour les appareils desktop ou mobile. L’avantage en comparaison à la version ‘classique’ : il suffit juste de fournir quelques éléments (images, textes). DoubleClick les convertit dans la bonne mise en page pour les différentes plateformes. Il n’est donc plus nécessaire de créer un lay-out pour chaque site où vous souhaitez que l’annonce apparaisse dans un format spécifique.

DoubleClick se révèle aussi pratique pour les vendeurs d’espaces publicitaires. Via DoubleClick for Publisher (DFP), ceux-ci peuvent proposer à divers annonceurs intéressés un Native Ad Space. Le but ? Simplifier le native advertising. Google (DoubleClick en l’occurrence) est convaincu que les annonces de style native seront moins dérangeantes et offriront une meilleure expérience d’utilisateur.

L’avantage d’utiliser DoubleClick est qu’il suffit juste de fournir quelques éléments pour que le système les intègre sur les différentes plateformes.

Click to tweet!

Quid du native advertising en Belgique

En Belgique aussi, il existe des entreprises actives dans le native advertising en ligne, même si celles-ci ne poussent pas le concept aussi loin que le géant du Web. Par exemple, Ligatus offre la possibilité d’annoncer sur un réseau belge de sites médiatiques. Un algorithme fait correspondre le contenu de l’annonce à l’article et intègre le message publicitaire à côté ou dans l’article. La différence avec DoubleClick est que le texte de l’annonce ne se fond pas complètement dans l’article, mais reste toujours reconnaissable comme une publicité distincte.

Konvento, une initiative de Pebble Media, propose un service similaire. Vous pouvez placer des annonces de style native sur les sites de VRT, RTBF et la station de radio Nostalgie, notamment.

Annoncer, mais pas manipuler

Les internautes trouvent peut-être les annonces classiques encombrantes (même si ce n’est pas le cas lorsque l’annonce répond à des besoins réels), mais il faut reconnaître qu’elles ont le mérite d’être claires ! La publicité apparaît telle quelle, sans déguisement. Et cela signifie que les entreprises y investissent du temps et de l’argent pour vous recommander leurs produits ou services. Les publireportages, contenu sponsorisé et autres formes de native advertising ont souvent une réputation fourbe. Elles créent chez les lecteurs l’impression d’être trompés. En effet, ils pensent au départ lire l’opinion d’un journaliste ou d’un blogueur indépendant, mais ils s’aperçoivent qu’une partie des informations a été dictée par une stratégie commerciale. Néfaste pour l’image de l’auteur mais aussi pour celle de l’annonceur. Au fond, qui pourrait être persuadé d’acheter le produit ou service si la manière employée est manipulatrice et sournoise ?

Les annonces classiques ont le mérite d’être claires, tandis que le native advertising a souvent une réputation fourbe.

Click to tweet!

C’est pourquoi les marketeurs accordent plus d’importance à ce que le contenu sponsorisé en ligne soit séparé d’un quelconque article ou d’une vidéo sur le site. Ils doivent indiquer leur publicité, par exemple avec une simple mention du nom de l’entreprise et une mise en page subtilement harmonieuse et remarquable à la fois.

Nous expliquons cela pour des raisons éthiques, mais aussi pour que le groupe cible reconnaisse la bonne foi des marketeurs. Les internautes sont prêts à prendre part à l’histoire de votre entreprise (certains peuvent même être enthousiastes à cette idée) si vous jouez la carte de l’honnêteté.

 

Executive Summary

Que faire si votre audience ne réagit pas à vos messages publicitaires ? Vous devez sortir des sentiers battus et opter pour une communication plus subtile. Si vous envisagez le native advertising, pesez bien les pour et contre avant de tenter l’expérience !

Leave A Comment




    Leave a Reply

    Your email address will not be published. Required fields are marked *